Peut-on raisonnement faire des acquisitions internationales lorsque l’on est une PME ?

, transmission d'entreprises en Belgique

Bien que les transactions transfrontalières fassent l’objet d’une attention croissante et prennent de plus en plus d’importance, l’incertitude mondiale reste un facteur qui affecte le volume des fusions et acquisitions dans le monde entier. Mais peut-on tout de même raisonnement faire des acquisitions internationales lorsque l’on est une PME ?

L’année 2021 a été marquée par de nombreuses initiatives économiques et politiques ici en Europe, aux Etats Unis et en Asie pour relancer l’économie.

Et à la moitié de l’année 2022, nous assistons aux nouveaux changements dans les politiques et les pratiques des principaux marchés.

Notre sondage auprès des professionnels et les résultats depuis le début de l’année nus permettent d’avancer que le volume des fusions et acquisitions transfrontalières en 2022 sera équivalent ou légèrement inférieur à celui de 2021.

Mais les professionnels des fusions et acquisitions sont bien expérimentés pour savoir que les statistiques ne sont pas la réalité. Le véritable enjeu réside dans la motivation, le lieu et la manière dont les transactions sont actuellement réalisées, ainsi que dans les prévisions pour l’avenir.

Dans une série d’articles sur les meilleures pratiques des meilleurs professionnels, nous allons nous exprimer sur les facteurs qui influencent la décision de s’engager sur des opérations transfrontalières et sur le meilleur processus pour maximiser les résultats attendus.

Depuis 5 ans, nous assistons à une transformation sans précédent des entreprises non plus seulement de grande taille mais aussi de taille moyenne.

Le phénomène a commencé il y a plus de 10 ans avec des fonds d’investissement qui ont finalement réalisé avec succès des opérations d’investissement international.

Grâce à ces investissements, les fonds ont régulièrement développé leur portefeuille international.

À l’heure actuelle, au cours des trois dernières années, environ 50% de l’argent investi par les plus grands fonds d’investissement en Europe a été investi à l’étranger et environ un quart des entreprises possédées par les fonds sont situés à l’étranger.

, transmission d'entreprises en Belgique

En plus de constituer une réponse à la mondialisation, les opérations transfrontalières permettent une diminution des risques, en particulier des risques politiques et environnementaux.

C’est pourquoi les entrepreneurs y compris sur pour PME cherchent en dehors de leur pays d’origine.

Pendant longtemps l’apanage des grandes entreprises, l’acquisition d’entreprises à l’étranger concernent aujourd’hui le monde des PME.

Des PME se lancent dans des fusions et acquisitions transfrontalières pour soutenir l’expansion des réseaux de vente par exemple et augmenter fortement leur chiffre d’affaires.

Dans d’autres cas, les PME cherchent à investir dans des zones situées en dehors de leurs frontières nationales, par mesure de réduction des risques économiques et politiques pays et pour diversifier leur portefeuille.

Enfin, d’autres PME se développent à l’étranger pour avoir accès à des ressources naturelles qui ne sont pas disponibles dans leur propre pays.

En fin de compte, pour la plupart des repreneurs, les décisions de fusions et acquisitions transfrontalières présentent souvent de multiples facettes.

Et si l’intérêt et la participation aux fusions et acquisitions transfrontalières devaient continuer à croître, la courbe d’apprentissage des nouveaux arrivants sur le marché présente des difficultés non négligeables pour les non-initiés.

La conclusion de transactions est compliquée. Alors que les opérations transfrontalière et d’investissement présente des opportunités de croissance intéressantes ; toutes les entreprises ne sont pas en mesure de gérer une situation « internationale ».

Les meilleures pratiques pour réussir les transactions transfrontalières

Comme le montre les exemples de la section précédente, les considérations transfrontalières peuvent ajouter de multiples couches de complexité à votre stratégie d’acquisition par fusion et acquisition.

Les repreneurs les plus performants ne se lancent pas seuls sur le marché transfrontalier.

Ils complètent généralement leur équipe de transaction par des conseillers expérimentés qui ont une connaissance approfondie de l’environnement des transactions dans le pays cible. Voici quelques points à prendre en compte :

Comprendre l’opportunité dans le contexte du marché.

, transmission d'entreprises en Belgique

Une recommandation commune faite dans nos opérations chez Actoria est d’éviter de penser en termes de régions géographiques lors de l’identification des cibles.

Lorsqu’il s’agit d’opérations de fusion et d’acquisition, la généralisation en termes de concepts « régionaux » ne permet pas de tirer les meilleures conclusions.

Par exemple, les pays d’Afrique du Nord et le Moyen Orient sont souvent mis dans le même sac…

De nombreux repreneurs pensent que le processus de reprise est le même au Maroc, en Tunisie, Aux Emirats Arabe Unis, en Egypte ou en Israël.

Cela ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité. La même règle empirique s’applique aux pays américains.

Considérer de la même manière les pays du nord et du sud de l’Amérique serait fatal. Il en est de même des pays de l’Est.

Il faut le conseil d’experts pour comprendre et naviguer dans le cadre des transactions dans et entre ces pays.

Les professionnels expérimentés analysent chaque opportunité en fonction des caractéristiques économiques, gouvernementales, juridiques, commerciales et culturelles qui complètent le pays où elle se trouve.

Les connaissances essentielles peuvent aller de sujets bien définis, tels que les exigences légales, à des questions plus « soft », comme la disponibilité de certains ressources (matérielles, humaines,…) essentielles pour l’activité.

Les pratiques commerciales, les réglementations et les normes comptables sont différentes.

Par conséquent, vous devez être accompagné de conseillés internationaux et non vos conseillers habituels.

Il faut avoir des gens qui ont de l’expérience sur ces marchés et il faut décrire des processus qui sont différents.